Disciplines Affinitaires d’Autodéfense de la F.S.L.F. membre de l’AISF (reconnue par l’ADEPS) & de la WUKO (World United Karate Organization) & membre associé de l’UKB (United Karate of Belgium), seule fédération reconnue par l’UWK (United World Karate)

afama

Le Karaté est aujourd’hui un des arts martiaux les plus populaires au monde. L’histoire du Karaté commence il y a quelques siècles dans une petite île de l’Océan Pacifique, l’île d’Okinawa. De ce fait, Okinawa fait partie des quelques lieux mythiques, comme le célèbre temple bouddhiste de Shaolin construit au Ve siècle, par lesquels passe l’histoire de la plupart des Arts Martiaux.

Historiquement, le Karaté n’est pas l’oeuvre d’un seul homme, mais celle de plusieurs générations de maîtres et de disciples, au travers de multiples écoles et styles originaux qui conservent aujourd’hui encore, leurs caractéristiques propres, bien qu’évoluant au fil du temps par les points de vue successifs des différents maîtres qui les constituent respectivement.

Les techniques traditionnelles du Karaté sont destinées à assurer une efficacité totale dans toutes les formes de combat possibles, utilisant de manière rationnelle l’ensemble des possibilités que lui offre le corps humain en matière d’autodéfense. Si les styles anciens ont développé parallèlement une panoplie très éclectique de techniques d’esquives, de saisies, de luxations, de projections et de strangulations, tout à fait caractéristiques d’une recherche d’efficacité intégrale, les styles modernes, d’autre part, ont privilégié davantage les techniques de blocages et de percussions. Toutefois, cette distinction demeure caricaturale dans la mesure où de part et d’autre des interactions sont perceptibles, et de surcroît, le nombre total de styles de Karaté aujourd’hui doit largement dépasser le millier, ce qui par conséquent, rend toute théorie globale impossible.

Au travers de cette diversité d’approches du Karaté, il n’en demeure pas moins que des courants martiaux peuvent se rapprocher en fonction d’affinités subsistantes tant du point de vue de la pratique que de l’état d’esprit visé. C’est ce qui a amené ainsi la création de «l’Association Francophone d’Arts martiaux Affinitaires et de Self-défense» (AFAMA°au sein de la Fédération Francophone de Karaté devenue en conséquence la Fédération Francophone de Karaté et Arts Martiaux Affinitaires (FFKAMA) :  l’AFAMA y est restée affiliée jusqu’en décembre 2014.

L’AFAMA regroupe ainsi des arts martiaux affinitaires à l’esprit du Karaté comme Méthode d’Autodéfense[1] et donne ainsi aux pratiquants des autres disciplines que le Karaté dit traditionnel la possibilité d’avoir une licence et des certificats de grade(s) attribués par l’AFAMA.

Lisez également le nouveau document Présentation et Charte de l’AFAMA (format pdf), au sujet de l’objet de l’association, la référence au Karaté et les dynamiques affinitaires, les critères d’admission (AFAMA, ADEPS), critères de qualité technique et la déontologie.

Actuellement, l’AFAMA regroupe :

  • le Karaté Shito-Ryu Sun Ate sous la direction de Monsieur Richard PROSPERO – 8e Dan FFKAMA – IMAF – WUKO en collaboration avec Me. Ryozo TSUKADA – 8e Dan FFK & DA & Expert Fédéral Japonais FFK & DA / (France),
  • le Karaté Kick Jitsu, le TaiChi Chuan de style Yang et le Kick Body Training – direction technique: Monsieur Hervé Michaux – 7e Dan FFKAMA – IMAF – WUKO et 5e Dan Karaté-Do FFK et WKF assisté par Monsieur Olivier FERON – 6e Dan FFKAMA-IMAF-WUKO,
  • le Jisei Karaté-dô – section officielle en Belgique de l’Ecole de Me. Kenji Tokitsu – 9e Dan WUKO, dirigée par Monsieur Vincent LEDUC – 6e Dan FFKAMA – IMAF – WUKO & 5° Dan Tokitsu-Ryu Jisei Budô & 4° Dan FFK-WKF
  • le Karaté Taikyoku et le TaiChi Chuan (Ecole de la Main Franche – vieux style Yang & Jisei TaiChi – dynamique de style Chen) dirigés par Monsieur Jean-Luc PEROT – 6e Dan AFAMA et par ailleurs 4e Dan JKA & 2e Dan de Judo assisté pour le Karaté Taikyoku Sun Ate par Monsieur Pascal VIGNERON – 5e Dan FFKAMA – IMAF – WUKO,
  • le Jisei Goshindô & Jutsu sous la direction technique de Monsieur Régis Brasseur – 5e Dan FFKAMA – IMAF
  • le Karaté-dô Shotokai – Ecole de Mitsusuke Me. HARADA – Direction technique : Bernard Hoverlant de Beauwelaëre – 5e Dan
  • le Karaté Kai-Jitsu Self-Defense System sous la coordination technique de Monsieur Sébastien GOOSSENS – 5e Dan FFKAMA-IMAF-WUKO assisté de Monsieur Patrick GOOSSENS – 4e Dan AFAMA-IMAF
  • l’American Kenpo Karate sous la coordination de Monsieur Christophe Ost, issu de l’American Kenpo d’Ed. Parker
  • le WingTsun Kung-Fu sous la direction technique de Monsieur Mustafa Yuksek – 5° Dan IMAF

Comité DirecteurWUKO Diplôme

Reconnaissances nationales et internationales

Reconnaissances nationales : l’Association Francophone d’Arts Martiaux Affinitaires et de Self-défense est membre de la Fédération de Sport Loisir Francophone (No. Fédéral FSLF 5.27) membre de l’Association Interfédérale du Sport Francophone (AISF) reconnue par l’Administration de l’Education Physique et des Sports (ADEPS).

UKB

IMAF Belgium

L’AFAMA a également conclu un partenariat avec l’IMAF Wallonie-Bruxelles, aile Francophone de l’IMAF-Belgium, membre de l’IMAF-Europe  (International Martial Arts Fédération)

Reconnaissances internationales : l’AFAMA & Disciplines Associées est reconnue par la World United Karate Organization (WUKO) & via the United Karate of Belgium (UKB) par the United World Karate (UWK).UWKWUKO

Pour visualiser l’ensemble des reconnaissances et partenariats nationaux, européens et mondiaux : visualisez la structure de l’AFAMA.


[1] Comme le développe Maître NISHIYAMA – Ceinture Noire 9e DAN, pionnier du Karaté – dans son livre, Karate, the art of “empty hand” fighting: « le karaté en tant que méthode de self-défense possède une histoire de plusieurs centaines d’années. Il permet aux personnes le pratiquant après un certain temps d’être préparées physiquement et psychologiquement à se défendre avec succès contre n’importe quel agresseur potentiel. »

[2] Niveaux : initiateur, aide-moniteur, moniteur et entraîneur. Dans la perspective actuelle de la politique sportive européenne, il semble que ces brevets officiels de la Communauté française de Belgique s’avèreront donc, non seulement obligatoires pour enseigner dans les Centres Sportifs communaux, mais également pour pouvoir réaliser des échanges avec les autres pays européens. Des pourparlers sont déjà engagés en ce sens aujourd’hui par l’ADEPS quelle que soit la discipline pratiquée – reconnue par ses instances -, de façon à pouvoir enseigner officiellement à l’étranger au même niveau que les instructeurs officiels des pays qui invitent.

[3] Utilisez Adobat Acrobat Reader pour lire les fichiers en format pdf.